Pourquoi les entreprises disent oui à l’open source?

L’Open Source n’est pas seulement une question d’économie : les entreprises l’adoptent pour développer des applications plus rapidement, avec des composants de meilleure qualité.

Quand les développeurs individuels pensent à l’open source, ils pensent « libre ». Et pour de bonnes raisons : Qui, sain d’esprit, ne serait pas intéressé par une technologie qu’il peut obtenir sans frais et utiliser avec peu de restrictions en matière de licences ?

Quand les entreprises pensent à l’open source, elles pensent aujourd’hui à l' »agilité commerciale », une qualité qu’elles apprécient de plus en plus dans un marché en constante évolution.

La capacité de créer de nouvelles applications rapidement, de manière fiable et économique attire les entreprises, grandes et petites, vers l’open source et les encourage à l’utiliser pour des projets de plus en plus importants, affirment les informaticiens.

C’est probablement la raison pour laquelle la popularité de l’open source est en plein essor (avec quelques résistances). Selon le rapport de Forrester Research « Development Landscape : 2013 », 76% des développeurs ont utilisé la technologie open-source « à un certain niveau », explique Jeffrey Hammond, un analyste de Forrester spécialisé dans le développement et la livraison d’applications.

Voici quelques raisons principales pour lesquelles les organisations de toutes tailles prennent l’open source au sérieux.

L’Open Source réduit les coûts

Les économies de coûts ne sont peut-être qu’une partie de l’attrait de l’open source, mais c’est quand même une grande partie, peu importe la taille de l’organisation. « Comment Netflix peut facturer aussi peu que 8 $ par mois pour son service ? » demande Hammond. « Parce que tout est construit sur des logiciels libres. Ils se sont concentrés sur le contenu, pas sur la construction d’un système d’exploitation ou d’un cadre de test. »

« C’est comme utiliser Spring, JBoss ou Drupal pour la gestion de contenu « , explique Hammond. « Les entreprises obtiennent les blocs Lego gratuitement, pour pouvoir consacrer leur temps et leurs ressources à construire ce qu’elles veulent en particulier. » Les entreprises ont toujours personnalisé des progiciels tels que les applications ERP, sauf que maintenant, avec l’open source, la personnalisation est moins coûteuse.

En effet, dans certains cas, l’open source contribue à ramener le développement sur mesure d’applications, une option qui a perdu de sa popularité au cours des dix dernières années environ, à mesure que l’utilisation des applications commerciales et des offres de logiciels en tant que services a gagné du terrain.

Carestream Health a été séduite par l’idée d’entreprendre des travaux de développement sur mesure afin d’économiser de l’argent. Carestream, un fournisseur de systèmes d’imagerie dentaire et médicale de 2,5 milliards de dollars comptant 8 000 employés, basé à Rochester (New York), souhaitait regrouper les données de ses installations de fabrication mondiales en une seule application de gestion du cycle de vie des produits (PLM) pour réduire le temps de développement et de fabrication de nouveaux produits en acheminant plus efficacement les informations.

« Nous voulions une gestion cohérente des informations relatives aux produits dans l’ensemble de la zone de couverture de notre entreprise « , déclare David G. Sherburne, directeur de l’efficacité mondiale de la R&D et de l’ingénierie informatique chez Carestream. « Avec la mise en place d’une plate-forme moderne et évolutive, nous nous attendions à un gain de productivité de 5 % grâce à l’intégration des solutions ponctuelles existantes et à l’élimination des étapes manuelles du processus.

Les Résistances à l’Open Source

Bien que de nombreux développeurs – et un nombre croissant d’entreprises – soient optimistes sur l’open source de nos jours, tout le monde n’est pas à bord du mouvement.

Un sondage Forrester du quatrième trimestre de 2011 a révélé que les développeurs qui refusaient d’utiliser les outils open-source – en particulier les outils d’intégration – ont surtout refusé parce qu’ils s’inquiétaient du support (une préoccupation citée par 71% des répondants) et du manque de compétences techniques pour gérer les efforts open-source (un problème pour 42% des répondants). Les répondants ont également mentionné dans une moindre mesure des préoccupations au sujet de la sécurité et de l’octroi de licences.